Mercredi, Décembre 19, 2018

AddThis Social Bookmark Button

Les détenus auraient-ils réellement refusé d’intégrer la prison civile de Lomé ou de s’alimenter en guise de protestation contre la décision de la Cour suprême de les transférer à la prison civile de Lomé suite à la requête de leur conseil? En tout cas, c’est l’information qui est savamment distillée dans l’opinion depuis la semaine dernière.

Qui a intérêt à semer la zizanie entre Kpatcha Gnassingbé et ses avocats? A cette question, certainement que tous les regards vont se tourner vers la fameuse Agence nationale de renseignement et son tout puissant patron.

Il faut dire que le transfèrement de Kpatcha Gnassingbé et ses 31 coaccusés des locaux de l’Agence nationale de renseignement (Anr) à la prison civile de Lomé n’est pas du goût de certaines personnes qui auraient souhaité que ces détenus soient maintenus dans l’illégalité et la violation des lois de la République. Au premier rang de ces personnes, on cite le Tout-puissant patron de l’Anr, Yotroféï Massina qui semble avoir perdu le sommeil après la décision de la justice de lui arracher ses «prévenus». Non contents de cette décision du juge Pétchélébia et ses collègues, le patron de l’Anr aurait, selon les informations, investi la prison civile de Lomé avec le même dispositif sécuritaire que celui installé à l’Anr pour surveiller les détenus, empiétant du coup sur les prérogatives des gardiens de prisons contraints d’avaler cette couleuvre.

Non satisfait de ce coup de force, l’homme aurait entrepris une campagne d’intoxication de l’opinion destinée à présenter l’Anr comme un établissement quatre étoiles où les détenus avaient du caviar à gogo et des servants à leur chevet nuit et jour. Pour ce faire, on raconte que le député ainsi que le Général Assani Tidjani auraient refusé de s’alimenter et d’intégrer leurs cellules pour protester contre leur transfèrement à la prison civile de Lomé. Selon ces informations, l’ancien ministre de la Défense serait très remonté contre ses avocats à qui il reprocherait de ne l’avoir pas consulté avant d’introduire une telle requête. Faux et archifaux, rétorquent les avocats qui voient derrière ces manœuvres de bas-étage, la main du Colonel. «Je viens de quitter Kpatcha Gnassingbé, nous a confié hier l’un des avocats. Il mangeait la nourriture que sa femme lui a apportée quand je l’ai vu et m’étonne qu’on dise que Kpatcha refuse de s’alimenter ou de regagner sa cellule».

Olivier A.

Guéguerre entre avocats de la défense et le pouvoir

En attendant la reprise du procès ce matin, la guerre est ouverte entre les avocats de la défense et ceux de l’Etat. Dans une déclaration rendue publique le 3 septembre dernier, les avocats de la défense s’insurgent contre les «conneries» de l’avocat béninois Archange Gabriel Dossou qui fait montre d’un zèle intempestif. 

COMMUNIQUE DE PRESSE DES AVOCATS DE KPATCHA GNASSINGBE ET SES COACCUSES

Les Avocats de la défense réagissent aux propos scandaleux de Maître Archange Gabriel DOSSOU, Avocat au Barreau du Bénin, prétendu Avocat de l’Etat togolais

A l’issue de l’audience du Jeudi, 1er Septembre 2011 dans l’affaire de tentative d’atteinte contre la sûreté intérieure de l’Etat dans laquelle seraient impliqués l’Honorable Député Kpatcha GNASSINGBE et d’autres personnalités civiles et militaires, Maître Archange Gabriel DOSSOU a tenu des propos ignominieux, avilissants, déshonorants, bas, abjects, infâmes, méprisables, voire répréhensibles selon lesquels «…actuellement, il y a des députés qui sont en prison, député en fonction, on l’a jeté en prison…Le Togo respecte même un peu trop bien les Droits de l’Homme. N’avez-vous pas vu les véhicules dans lesquels ils sont venus, ils sont venus dans des bus climatisés…»

Les Avocats de la défense tiennent à rappeler à cet individu qui se dit Avocat que ces propos le disqualifient comme membre de notre noble et exaltante profession, encore moins comme un ancien Bâtonnier.

Les Avocats de la défense font observer à Monsieur Archange Gabriel DOSSOU que le Togo n’est pas un champ d’expérimentation pour Avocat en quête de sensation et que l’exercice de la profession d’Avocat requiert un comportement respectueux des règles déontologiques.

Cette sortie indigne d’un Monsieur qui, au surplus, est payé sur le dos du pauvre contribuable togolais révolte, à plus d’un titre, ceux qui se sont engagés, au prix d’énormes sacrifices, pour la défense des Droits de l’Homme dans notre pays.

En tout état de cause, les Avocats de la défense tiennent à mettre en garde le fameux «Archange» contre ces «conneries» et se réservent le droit de saisir l’autorité de poursuite du Barreau du Bénin.

Fait à Lomé le 03 Septembre 2011

 Ont signé:

Les Avocats de la défense

1- Me Djovi GALLY

2- Me Sylvain K. ATTOH-MENSAH 

3- Me Jonas Florent V. SOKPOH 

4- Me Jil-Benoît K. AFANGBEDJI

5- Me Zeus Ata Messan AJAVON

6- Me Raphaël N. KPANDE-ADZARE

This content has been locked. You can no longer post any comment.

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.