Mardi, Décembre 18, 2018

Note des utilisateurs: / 5
MauvaisTrès bien 
AddThis Social Bookmark Button

 

 

Si l’année 2011 a été une année de gâchis, de rendez-vous manqué et de grande désolation pour une majorité écrasante de la population, il n’en demeure pas moins qu’elle a consacré un double effritement irréversible des assises de la dictature néocolonialiste.

Savoir News: Quel bilan (politique, social et économique) faites-vous de l’année 2011?

Agbéyomé Messan Kodjo: L’année 2011 a été à la fois épouvantable et paradoxale pour le Peuple togolais dans sa lutte hardie pour la démocratie, la dignité, la justice sociale et la prospérité partagée pour tous.

Si l’année 2011 a été une année de gâchis, de rendez-vous manqué et de grande désolation pour une majorité écrasante de la population, il n’en demeure pas moins qu’elle a consacré un double effritement irréversible des assises de la dictature néocolonialiste. Tout d’abord l’effritement de l’épicentre du pouvoir constitué par le tryptique famille GNASSINGBE-RPT-FAT, ensuite celui de la doxa politico-tribale selon laquelle le nord et particulièrement la ville de Kara est l’imperturbable bastion de la dictature néocolonialiste.

L’étrange posture du Pouvoir RPT/AGO incapable de prendre la mesure de ce qui se joue, et de l’implosion sociale que recèle sa politique du «nonisme» face aux épineuses problématiques sociétales, au défi des réformes politiques courageuses et aux dérives dictatoriales de sa gouvernance, a engendré une triple crise de valeurs, d’efficacité et de légitimité. Cette situation ne fait qu’empirer la triple crise éthique, identitaire et managériale à laquelle est déjà gravement confronté le Togo.  

Le coup politique savamment planifié et exécuté par le Pouvoir RPT/AGO pour berner le Peuple togolais et abuser les partenaires extérieurs n’est rien d’autre que la triple sibylline manœuvre politicienne de la CVJR, du CPDC rénové, et d’une diplomatie tous azimuts. Cela s’est révélé à l’heure du bilan de l’année 2011, n’être qu’une agitation brouillonne avec tous les boulets que traînent  Faure GNASSINGBE et ses acolytes. Pour preuve, la CVJR avec le culte du négationnisme de l’histoire suscite peu l’adhésion du peuple; le CPDC rénové malgré son caractère consultatif peine à dégager un véritable consensus politique conforme aux pressantes attentes du Peuple togolais, tandis que dans son rapport 2011 Transparency International classe tristement le Togo au 149ème rang des pays les plus corrompus au monde. Le bilan 2011 n’est guère reluisant que ce soit avec Doing Business, la Banque Mondiale ou les Organisations de défense des droits de l’homme notamment la LTDH!

La misère demeure  la chose la mieux partagée par le Peuple togolais en grande désespérance sociale tandis que l’économie est aux mains des prédateurs sur fond de spéculations, d’inflation et de vie chère galopante.

Au final, 2011 consacre avant tout pour le Togo trois tristes exploits: Orphelinat de l’Humanité, repaire de viles tortionnaires et trafiquants, et un des pays les plus corrompus au monde.

Quel est l'évènement majeur qui vous a plus marqué durant l'année 2011?

Incontestablement la récurrente ébullition du front social depuis le premier semestre 2011, avec pour paroxysme la grève du personnel de la santé et ses dégâts collatéraux, et surtout celle des étudiants et des élèves en décembre avec la ville de Kara comme point de départ de la fronde contre Faure GNASSINGBE et le Pouvoir RPT/AGO!

Quelles sont les grandes actions menées par l'OBUTS durant l'année?

Il y a eu d’abord le congrès de la renaissance du Parti suivi de la mise en place des Organes de direction et de certaines Organisations spécialisées dont Jeunesse et Femmes Solidaires, de même que la reconfiguration des fédérations. Ensuite la réorientation de notre lutte politique dorénavant recentrée sur Dieu qui a fait alliance avec le Togo, d’où la proclamation solennelle d’une journée nationale de jeûne et de prière pour le Togo le 26 de chaque mois. Enfin les prises de positions variées de OBUTS pour une sortie de crise heureuse et pacifique (lettre ouverte à Faure GNASSINGBE du 15 juin 2011, adresse à la Nation lors du 3eme anniversaire du Parti, projet de plateforme commune ALLIANCE-OBUTS et  proposition d’agenda des discussions au CPDC rénové, constant soutien résolu aux élus de la Nation que ce soit les  députés apparentés ANC arbitrairement exclus de l’Assemblée nationale, ou le député Kpatcha GNASSINGBE arbitrairement emprisonné sans la levée de son immunité parlementaire, lettre ouverte au Peuple togolais du 19 novembre 2011).

Par ailleurs, OBUTS a été présente dans tous les combats de la Résistance citoyenne pour la défense de la Constitution et des lois de la République, de même que des légitimes aspirations du Peuple togolais.

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à claquer la porte du CPDC? Ne pensez-vous pas que cela fait "trop pagaille"?

Nous avons eu des raisons sérieuses de croire à la réussite de ce dialogue pour lequel nous nous sommes sérieusement et sincèrement donnés. Mais après plus de trois mois d’efforts acharnés privilégiant le consensus politique pour répondre aux pressantes attentes de justice, de démocratie directe et de prospérité partagée du Peuple togolais, nous nous sommes aperçus que l’enjeu était tout autre pour le Pouvoir RPT/AGO qui est claquemuré dans une logique de perpétuation de la dictature néocolonialiste sur la Terre de nos Aïeux. Résolument fidèle à notre ligne politique axée sur l’éthique au cœur de l’action politique, et fort de notre indéfectible attachement aux intérêts légitimes du Peuple togolais, il est évident que le choix de la vérité est celui de ne pas servir de caution à une imposture de plus qui fait violence aux aspirations de toutes les filles et de tous les fils du Togo tout entier. Dès lors, la seule alternative devant nous est notre retrait motivé du CPDC rénové dans la dignité et l’intérêt supérieur de la Nation.

Le chef de l'Etat a adressé le 31 décembre dernier, un message de vœux à la nation, discours de moins de 5 minutes. Quel commentaire faites-vous de ce discours?

Démission, aveu d’impuissance, manque de vision et de volonté politique. Bref du vide au sommet de l’Etat togolais!

QUESTION QUI FACHE

D'aucuns estiment que votre départ serait lié à une question de "jetons de présence". Qu'en dites-vous?

Trêve de plaisanterie. Drôles de fantasmes de Radio Kankan (sourires) ! J’ai peut être raison trop tôt ! La suite nous édifiera.

FACE CACHEE

Quelle école primaire avez-vous fréquenté ? Et à quel âge vous avez été inscrit à cette école? En quelle année?

Ecole Primaire Publique de Tokpli (Préfecture de Yoto) en 1960.

Quelles sont les classes que vous avez reprises quand vous étiez sur les bancs?

J’ai repris le CM2.

Quel est votre plat préféré?

Pate de maïs avec sauce adémé (sauce feuille gluante).

Aimez-vous faire la cuisine? Si oui, à quel moment précis?

J’aime faire la cuisine et bon nombre de vos confrères le savent et peuvent en témoigner. Je fais la cuisine dans des situations normales quand cela me plait et la fais dans la durée si les circonstances l’exigent, par exemple lors de mon cursus universitaire à Poitiers et de mon exil politique à Paris.

Quelle religion pratiquez-vous? 

La religion catholique.

Et depuis quand?

Ce depuis mon enfance.

Quel genre de roman lisez-vous souvent à vos heures perdues? Roman littéraire? Roman d'amour?

J’aime la lecture et lis souvent les livres de spiritualité et sur les faits de société. Par exemple en ce moment, je suis en train d’achever «ABUS DE POUVOIR» de François BAYROU.

Certains observateurs ont souvent l'habitude de dire que vous étiez, à une époque donnée, considéré comme le dauphin du général Eyadèma. Aviez-vous à cette époque, cette ambition?

Quand on a assumé les responsabilités qui furent les miennes, ce n’est pas sans raison!

Quel est votre plus mauvais souvenir, quand vous étiez aux "affaires"?

Il y en a deux! D’abord la tragédie de la Place Fréau Jardin avec ses traumatismes collectifs et personnels. Ensuite la période de mon passage au Port Autonome de Lomé où des proches collaborateurs ont travesti l’exposé de motif dans l’attribution d’un marché de surveillance des travaux de réhabilitation de la jetée principale et du mole n°1, objet du financement de la BOAD pour manipuler le Général Eyadema, qui m’a contraint à attribuer le marché à TELSULT, un bureau d’études canadien au détriment du bureau allemand LACKNER.

Je tiens à vous remercier pour ce bref voyage dans le temps, et vous formule tous mes vœux de réussite pour l’année 2012 dans l’espoir que les médias demeureront la sentinelle vigilante du Peuple togolais.

Fait à Lomé le 10 Janvier 2012

Source: Savoir News

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.