Jeudi, Mai 24, 2018

La question de l’arbitrage dans le football togolais

Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 
AddThis Social Bookmark Button

La première phase du championnat national de première division prend fin ce week-end. Elle fera place au bilan dans les états-majors des différentes équipes engagées dans ce championnat d’élite.

Au niveau de la Ftf, outre les multiples manquements constatés à mi-parcours dont la solution peut augurer une bonne suite, l’arbitrage constitue une vraie problématique.

«L’arbitre a faussé le match», «On aurait pu gagner cette rencontre si l’arbitre était à la hauteur», tels sont généralement les propos que tiennent les entraîneurs à la fin des matches pour expliquer leur défaite voire leur «incompétence». Le championnat national de première division souffre d’un problème, et pas des moindres, celui de l’arbitrage. Tous les acteurs du football s’accordent à dire qu’en dehors des problèmes de financement et d’organisation, l’arbitrage reste l’autre obstacle qui plombe ce sport. «Presque tous les week-ends, il est constaté des erreurs d’arbitrage. On peut encore tolérer qu’un arbitre fasse le mauvais choix dans certaines circonstances. Mais là où cela devient révoltant et inquiétant, c’est que les hommes en noir donnent l’impression qu’ils ne veulent pas s’améliorer au fil des matches», s’inquiète un supporter d’Agaza après la rencontre entre son équipe et Sémassi de Sokodé.

L’arbitrage n’est pas chose facile. Contrairement à ce que l’on croit, la meilleure connaissance des règles du jeu ne suffit pas à elle seule pour être un bon arbitre, expliquait en substance un inspecteur d’arbitre. Ils sont beaucoup dans les stades et devant leur poste téléviseur, les amoureux du cuir rond à fustiger les arbitres pour telle ou telle décision. Surtout lorsque leurs équipes perdent. Pour ceux-ci, l’arbitre n’est bon que lorsque l’équipe que l’on supporte gagne. Mais sur les stades, les « arbitres togolais font croire qu’ils sont en mission commandée », fait remarquer un entraîneur souvent critique des arbitres. Leurs prises de décision, penalties, hors-jeux, corners, buts, laissent perplexe. Parfois même, c’est la mésentente entre l’arbitre central et ses assistants. Tout récemment au cours d’un match de la D1, l’arbitre et l’un de ses assistants ont pris environ deux minutes avant de s’accorder sur la décision à prendre. Ce qui a rendu hystériques les supporters de l’équipe en défaveur de laquelle la sanction a été prise.

Certaines conditions semblent expliquer la complaisance dans les sifflets des hommes en noir. En effet, les conditions de travail des arbitres togolais ne sont pas enviables. C’est vrai que depuis un certain moment, leur situation s’est relativement améliorée. Mais ils ont du mal à se départir de certaines habitudes. Il faut noter qu’il y a aussi des arbitres togolais intègres et impartiaux. Mais ils se comptent au bout des doigts.

Le constat est devenu inquiétant qu’au niveau de la Commission des arbitres de la Ftf, le sujet est revenu à plusieurs reprises dans les débats. Malheureusement jusqu’à présent, cette Commission n’est pas encore arrivée à prendre le taureau par les cornes pour extirper les brebis galeuses du corps arbitral. Les violences sur certains stades sont dues en partie aux mauvaises appréciations des actions de jeu par les arbitres. Devant ce constat amer, que faut-il faire? Il est clair qu’il n’y a pas de remèdes miracles pour juguler ce phénomène.

Il faut donner un pouvoir dissuasif et coercitif à la Commission des arbitres de la Ftf pour qu’elle soit en mesure de sanctionner les mauvais élèves. Pourquoi ne pas s’inspirer de l’exemple ghanéen qui veut qu’à la fin de chaque journée de championnat, la liste des mauvais arbitres soit affichée? Cette Commission devrait également prendre des dispositions pour éviter que les arbitres ne persistent dans les erreurs. Les clubs de première et deuxième divisions et les autres doivent éduquer leurs supporters en matière de respect des décisions arbitrales, même s’ils ne sont pas d’accord. Enfin, il faudra prendre des sanctions exemplaires contre les fauteurs de trouble dans les différents stades. Il ne faut nullement oublier les instigateurs de la mauvaise prestation de certains arbitres. Pour une bonne marche du football au Togo, chaque acteur doit jouer sa partition.

Fabrice KA

Commentaires  

 
0 #1 AGBEMAVO 11-04-2012 16:09
Moi je suis suporter de la Snpt de kpémé votre constat est le bien venu pour moi On jouait contre Tigre Noir Zéphyr on était a 1 partout et on vient de marquer notre deuxieme but l'abitre lève ses deux mains en disant le jeux se poursuit il a fallut l'intervention farouche d'un assistant qui maintenait son drapelet en haut suite à cela il a fallu l'inervention du capitaine avant qu'il n'accorde le but tout cela presque pendant 1 minute car il y avait Tino Adjété le Vice président dans le stade après mes enquetes j'ai appris qu'il a promis quelque chose à l'abritre avant le début du match facon il doit pas perdre ct'est ce qui explique la premiere défaite de son équipe le jour la Vouyez vous comment le football Togolais est dirrigé et l'abitrage aussi
Citer
 

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.