Dimanche, Décembre 16, 2018

Eliminatoires CAN 2013: l’inaction de la FTF inquiète

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
AddThis Social Bookmark Button

Le tirage au sort de la double confrontation des éliminatoires de la Can 2013 s’est effectué depuis le 5 juillet dernier et les Eperviers ont hérité des Panthères du Gabon.

C’est un adversaire jouable, mais si on n’y prend garde, les joueurs risquent de regarder la compétition continentale à la télévision.

«Le Gabon ne nous est pas inconnu. Le Togo l’a récemment affronté dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2010. L’équipe a beaucoup évolué et possède une grande expérience avec sa participation à la CAN 2012. Mais le Togo a sa chance, il suffit de la saisir. Nous avons une équipe très jeune qui peut nous amener très loin si nous leur faisons confiance», confiait Amavi Patatou au lendemain de ce tirage «clément». Le sélectionneur Didier Six, lui aussi, se réjouit que l’adversaire du Togo lui soit relativement égal. «Je pense que nous sommes tombés sur une équipe qui se rapproche de la nôtre par son jeu collectif. Le Gabon est plutôt une équipe de contre et elle l’a prouvé lors de la CAN 2012, avec des éléments offensifs que nous devrons suivre avec une extrême vigilance», a-t-il déclaré avant de vanter les talents de ses joueurs: «Notre équipe est jeune, prometteuse et a toutes les qualités pour réussir au regard de l’ensemble de nos dernières prestations. Le fait d’ailleurs de jouer le deuxième match à Lomé nous donne un léger avantage, mais le match aller sera certainement décisif vu les multiples occasions que nous nous créons et le manque de réalisme constaté jusque-là».

Il est vrai que le fait que les Eperviers jouent le match aller à l’extérieur en septembre et reçoivent en octobre les Gabonais à domicile au match retour est un avantage. Le Togo ne peut espérer passer le cap gabonais que si l’équipe se prépare sérieusement. Mais depuis la date du tirage au sort, rien ne rassure. La Ftf est beaucoup plus préoccupée par le souci de redorer son image que de penser aux prochaines sorties délicates des Eperviers.

La Ftf dans de beaux draps

C’est un secret de polichinelle que la Fédération togolaise de football traverse une période délicate. Depuis un certain temps, le Bureau Exécutif est éclaboussé par des problèmes de malversations financières qui risquent de la détourner des échéances importantes qui attendent les Eperviers dans les mois à venir. Elle est plutôt préoccupée par l’explication de sa crédibilité que de s’investir pour les préparatifs de l’équipe nationale. En dehors de la date du 15 août retenue pour la journée Fifa dont on ne connaît pas encore avec précision l’adversaire des Eperviers pour cette rencontre internationale amicale, c’est le statu quo qui règne. Même l’ossature locale n’est pas encore informée d’un éventuel regroupement. « La meilleure façon de faire éclater toutes les qualités des joueurs, c’est de travailler comme le répète souvent l’entraîneur italien Lippi : le foot, c’est le travail, puis le travail et encore le travail », déclarait Didier Six. Mais tout se passe comme si rien d’important n’attend les Eperviers. D’ailleurs, le Togo a toujours gagné dans ces conditions, dirait l’autre.

Les dernières prestations de l’équipe gabonaise montrent qu’elle progresse et voudrait rester dans la même dynamique. Les Panthères sont une jeune équipe, dynamique et qui a fait mentir ses détracteurs lors de la dernière Can qu’elle disputait certes à domicile. De par leur qualité et leur progression, il y a de quoi s’inquiéter de l’inaction de la Ftf. La dernière confrontation entre ces deux équipes montre à quel point les Gabonais réussissent difficilement au Togo. En effet, lors des éliminatoires de la Can 2010 (à laquelle les Togolais étaient absents à cause de la tragique attaque de Cabinda), les Eperviers qui étaient dans la même poule que les Panthères, ont été humiliés à Libreville (0-3) avant qu’ils ne rectifient le tir à domicile sur le petit score d’un but à zéro.

L’autre problème important à régler et qui apparemment n’est même pas encore à l’ordre du jour, c’est l’épineuse question du retour en sélection de l’attaquant vedette, Emmanuel Adébayor. C’est dire que la tâche qui attend le staff, les joueurs et le Bureau Exécutif de la Ftf d’ici la double confrontation est considérable, et il n’est pas permis de dormir sur ses lauriers.

Fabrice KA, L’Aternative

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.