Lundi, Septembre 24, 2018

AddThis Social Bookmark Button

Arthème Ahoomey-Zunu, catapulté à la Primature après des consultations bredouilles, a commencé son show par un CV bien garni que les porte-voix du régime nous ont pompeusement servi sur les médias. Contrairement à l’autre ministre de l’Union des Forces de Changement (UFC).

Son excellentissime et brillantissime Premier ministre n’a pas confondu une attestation de la Fondation Konrad Adenauer à un diplôme. Seulement, il a aligné sur son CV deux diplômes qu’on ne délivre nulle part. Deux diplômes supérieurs de doctorat. Seulement, nous n’avons trouvé aucune Université dans le monde entier qui délivre ces genres de diplômes. Même en Tchétchénie, ça n’existe pas. On apprendra plus tard que ce CV n’a pas été produit par le Premier ministre lui-même, mais par certains employés de la Présidence qui ont voulu l’aider un peu. N’empêche, le mal est déjà fait. C’était donc le premier mensonge.

Lors de la présentation de la politique générale du gouvernement le jeudi 2 août, le Premier ministre a déclaré urbi et orbi que le ministère des Mines et de l’Energie non pourvu dans son gouvernement est rattaché à la Primature. Seulement, après plusieurs investigations y compris du côté de la Primature, on apprend qu’en réalité, ce ministère très stratégique est tombé dans l’escarcelle de la Présidence de la République et sera géré discrètement par un autre copain de Faure Gnassingbé du nom de Tèvi Daté-Bénissan, ingénieur des mines fraichement nommé Secrétaire Général de la Présidence de la République.

Si Arthème Ahoomey-Zunu a pris sur lui la responsabilité de dire que ce ministère est rattaché à la Primature alors que dans la réalité ce n’est pas le cas, c’est parce qu’il sait pertinemment que selon la Constitution en son article 76, le Président de la République n’est pas membre du gouvernement; en d’autres termes, il ne peut s’approprier un département ministériel comme cela a été fait depuis 2009 avec le rattachement du ministère de la Défense et des Anciens combattants à la Présidence.

Il se dit que monsieur Arthème Ahoomey-Zunu est un brillantissime juriste. Si c’est le cas, alors comment rattache-t-on un ministère à la Présidence ou à la Primature sans jamais le matérialiser par un décret en bonne et due forme publié au Journal Officiel de la République Togolaise ? La République est-elle devenue un bazar où on prend des actes de cette importance sans laisser de traces? On est dans l’administration, et il urge que le Premier ministre sorte le décret qui matérialise le rattachement du ministère des Mines et de l’Energie à la Primature et on saura qui dit la vérité. Autrement, c’est le deuxième mensonge.

Toujours lors de la présentation de la politique générale du gouvernement, Arthème Ahoomey-Zunu s’est fendu d’une déclaration selon laquelle les tortionnaires impénitents qui se sont amusés à faire souffrir leurs concitoyens en leur faisant subir des pratiques de la Corée du Nord ont été sanctionnés suite au rapport de la CNDH. De deux choses l’une : soit le nouveau Premier ministre protège les tortionnaires de qui il tient sa place à la Primature, soit il ignore les textes. Pour lui rafraîchir la mémoire, on lui fera seulement comprendre qu’on ne sanctionne pas un crime par des mesures disciplinaires.

Après la validation du vrai rapport de la CNDH, le gouvernement d’alors avait instruit le Haut commandement militaire de prendre des sanctions contre les incriminés. Seulement voilà, ceux qui sont incriminés sont les mêmes qu’on retrouve dans le Haut commandement en question. En clair, ils ne pouvaient pas s’auto-sanctionner. Résultat, il a été dit que Yotroféi Massina était mis aux arrêts de rigueur alors que le bonhomme se promène tranquillement à Lomé. Pour la gouverne du Premier ministre, voici la procédure à suivre. D’abord les incriminés doivent être démis de leurs fonctions actuelles, mis aux arrêts de forteresse de 90 jours, ensuite passer devant le Conseil de discipline militaire pour terminer la course devant les tribunaux, puisque la torture est un crime imprescriptible. Comment peut-on comprendre qu’on dise que les tortionnaires ont été sanctionnés alors que Yotroféï Massina et Atcha Titikpina continuent de faire la loi dans le pays et que le Commandant Ouadja soit propulsé à l’Etat-major particulier du Président de la République avec le grade de Lieutenant-colonel?

Au bout du compte, comme on le voit, Arthème Ahoomey-Zunu s’inscrit dans la logique du mensonge systématique pour flouer l’opinion et tourner la communauté internationale en bourrique. Seulement, les faits sont têtus et nul ne peut nier l’évidence.

Mensah K.

Commentaires  

 
+2 #1 Dwarr Bassar London 14-08-2012 06:14
Merci Mr Mensah K. C'est bien instructif ton article.. je l'ai lu plusieurs fois.. voila de fripouilles criminels qui ont foutu cette merde indelebile par le Mensonge dans notre cher Pays,
Citer
 

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.