Dimanche, Octobre 21, 2018

AddThis Social Bookmark Button

Le capitaine Amadou Sanogo et les membres de l’ex junte (du Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat-CNRDRE) ne veulent pas voir de troupes étrangères fouler le sol malien. Un de ses porte-paroles l’a fait savoir ce jeudi matin.

Si la classe politique malienne et les représentants des ressortissants du nord se sont dits majoritairement favorables à une intervention des forces de la Cédéao, les bérets verts du camp de Kati, eux s’y opposent. Sur le sujet, Bakary Mariko, un des porte-parole du capitaine Amadou Sanogo, chef de la junte, a été on ne peut plus clair ce jeudi à RFI: «Nous ne voulons pas de soldats de la Cédéao sur notre sol.»

 

Ce que les militaires de l’ex junte souhaitent, c’est l’envoi de formateurs et un appui logistique, notamment aérien. «On a les hommes capables de faire le travail mais il nous manque du matériel, et la Cédéao bloque notre matériel parce qu’elle veut intervenir.» Bakary Mariko précise que l’ex-junte demande le déblocage des armes achetées par le président malien renversé, Amadou Toumani Touré, et qui sont retenues en Guinée et au Sénégal. Lundi, le président malien de la transition, Dioncounda Traoré, avait demandé «formellement» l’envoi de troupes de la Cédéao dans la perspective de la reconquête du nord du pays occupé par les islamistes.

Commentaires  

 
0 #1 ATOUKOUYEKE 12-09-2012 18:36
La junte militaire au mali a raison ,on sait tous comment ça se termine;il faut que l'armée malienne prenne son destin en mains.ECOMOG est au service de l'occident et de l’Amérique D .VIVE LA JUNTE : :D
Citer
 

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.