Lundi, Février 19, 2018

AddThis Social Bookmark Button

Le dialogue de façade initié par le pouvoir autiste et sanguinaire de Faure GNASSINGBE pour se sortir de la pression de la rue n’aura eu aucun mérite ni portée transcendantale ! Les infects et primaires calculs de conservation de pouvoir envers et contre tous, laissent Faure GNASSINGBE englué dans un pari politique aussi dangereux que risqué.

Le Bureau Politique de OBUTS observe que les conclusions des concertations politiques qui se sont déroulé les 10 et 13 septembre 2012 entre la coalition gouvernementale UFC-UNIR et certains partis politiques et organisations de la société civile proches du pouvoir n’ont été qu’une vaine entreprise d’enfumage. Le dialogue s’étant borné à faire du sur place sans aucun signe fort dans l’optique de desserrer l’étreinte de la pression populaire plus que justifiée!

Le Bureau Politique de OBUTS  considère que la non prise en compte des préalables posés par les forces politiques (Collectif Sauvons le Togo et Coalition Arc-en-ciel) qui ont formulé des revendications largement soutenues par les masses populaires pour leur participation à  un dialogue franc et sincère, est une preuve de plus du mépris du Souverain Peuple togolais, et de la duplicité caractéristique de Faure GNASSINGBE emmuré dans une logique suicidaire de contrôle de tous les leviers du pouvoir.

Le Bureau Politique de OBUTS tient à rappeler que s’agissant de la durée et de la limitation du mandat présidentiel, les togolais avait depuis le 27 septembre 1992 gravé dans le marbre de la constitution que nul ne peut faire plus de 10 ans au sommet de l’Etat. Pour OBUTS, au nom de l’alternance politique et conformément aux dispositions sans équivoque de l’authentique loi fondamentale de 1992, en aucun cas, Faure GNASSINGBE ne saurait être candidat à sa propre succession en 2015. Toute autre contorsion pour s’affranchir de cette échéance expose Faure GNASSINGBE à des conséquences imprévisibles!

S’agissant de l’allocation des sièges au sein de la nouvelle assemblée, le choix annoncé de 83 sièges par ce dialogue est une régression par rapport aux 91 sièges prévus par la loi organique portant découpage électoral, qui est contestée par l’ensemble de la classe politique. Pour mémoire, cette contestation, résultait de la non intégration des résultats du dernier recensement de la population tel que recommandé expressément par l’APG, et la dispersion constatée et dénoncée par la MOEUE dans de nombreuses circonscriptions électorales, entre le nombre d’électeurs moyen pour un siège, et le nombre de suffrages portés sur les candidats élus.

S’agissant du choix du mode de scrutin pour les élections législatives et présidentielle, le CPDC rénové avait déjà adopté unanimement à l’exception du seul délégué de Faure GNASSINGBE, le scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Le Bureau Politique de OBUTS s’étonne que Faure GNASSINGBE méprise ce choix et reporte la question devant la nouvelle législature en espérant avoir la majorité pour revenir au choix du scrutin à un tour pour l’élection présidentielle.

Le Bureau Politique de OBUTS constate sans surprise que le controversé Code électoral n’a pas fait l’objet d’une attention particulière de ceux qui ont clamé avoir le souci d’apaiser le climat politique en vue de l’organisation sereine des prochaines élections. Une preuve de plus de la volonté manifeste de la dictature militaro-clanique de rééditer un coup de force électoral, en imposant un code décrié par les acteurs politiques, en violation de l’article 2 du protocole a/sp1/12/01 de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance qui dispose: «aucune réforme substantielle de la loi électorale ne doit intervenir dans les six (6) mois précédant les élections, sans le consentement d’une large majorité des acteurs politiques…».

Dans la même veine, le Bureau Politique de OBUTS s’étonne de la reconduction cavalière de la Commission Electorale Nationale Indépendante de 2010; celle-là même qui a avalisé et consacré la contre-vérité des urnes lors du hold-up de l’élection présidentielle du 04 mars 2010 ayant maintenu Faure GNASSINGBE au pouvoir.

Tout indique donc que la dictature militaro-clanique en pleine décadence n’a pour objectif que de s’imposer par la force du fer, face au désaveu massif de ses méthodes surannées. Pour preuve, les miliciens formellement identifiés comme étant à la solde du régime sanguinaire et décadent de l’ «odieux dévastateur de la République», Faure GNASSINGBE, s’en sont effroyablement pris aux manifestants pacifiques du Collectif Sauvons le Togo et du FRAC ce samedi 15 septembre 2012 en faisant usage de leurs cordelettes, armes blanches, gourdins cloutés et autres armes contondantes, les empêchant ainsi d’exercer leur droit de manifester, pourtant constitutionnellement garanti. Une belle démonstration au lendemain du «fameux dialogue politique des 10 et 13 septembre 2012» de la bonne foi et de la volonté de l’ «odieux dévastateur de la République», Faure GNASSINGBE, d’apaiser le climat politique et de sortir le Togo de serres lacérées des réseaux mafieux, et mobiliser ses talents et compétences pour affronter les  défis   de l’histoire politique post-indépendance de notre pays.

Cette vile et lâche agression en lien direct avec les méthodes abjectes, de même que les matoiseries visant à semer la confusion, l’épouvante au sein de la valeureuse population et décourager toute entreprise patriotique de désobéissance civique, a malheureusement fait plusieurs blessés graves à qui OBUTS présente sa sympathie et souhaite un prompt rétablissement. L’agression sauvage et barbare, n’est pas sans rappeler la macabre accession de l’ «odieux dévastateur de la République», Faure GNASSINGBE au pouvoir en 2005, sur fond de massacre à grande échelle de près d’un millier de personnes et semble être l’indicateur par excellence de la fin de  son règne. Arrivé par effraction au sommet de l’Etat dans une marre de sang, l’ «odieux dévastateur de la République», Faure GNASSINGBE semble avoir choisi d’être emporté par un torrent de sang de martyrs de la République!

Le Bureau Politique de OBUTS estime que le pouvoir autiste de Faure GNASSINGBE a manqué une belle occasion de recoller le tissu social et de se sauver d’une décadence de plus en plus évidente, démontrant ainsi que le bon sens lui a définitivement tourné le dos!

En conséquence OBUTS réitère son appel à toutes les forces de l’alternance et du progrès à s’unir pour barrer la route aux imposteurs de tout acabit qui n’ont de cesse de ruiner l’espoir de la majorité des Togolais et maintenir la Terre de nos Aïeux  dans le pathétique statut d’ «orphelinat de l’Humanité».

Ce n’est que debout, unis, résolument engagés dans la Résistance citoyenne, avec foi, intrépidité et dépassement que toutes les filles et tous les fils du Togo tout entier œuvreront sans relâche afin que la Terre de nos Aïeux retrouve tout son lustre!

Agbéyomé  KODJO

Président National

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.