Dimanche, Mai 27, 2018

AddThis Social Bookmark Button

Reçus dans l’après du mardi 6 novembre 2012 à Kossyam par le président du Faso et médiateur de la CEDEAO Blaise Compaoré, les représentants du groupe Ansar eddine en sont sortis avec une déclaration écrite dont le contenu a été immédiatement livré à la presse par un porte-parole, Mohamed Aharib.

Dans cette déclaration, la délégation du mouvement armé touareg présente à Ouagadougou depuis vendredi dernier , réaffirme sa disponibilité à s’engager immédiatement dans le processus de dialogue politique avec les autorités de transition du Mali, en vue d’aboutir à un arrêt complet des hostilités, au respect des droits et des libertés fondamentales, au retour des personnes déplacées et refugiées et à la création d’un environnement propice à l’adoption et la mise en œuvre d’un accord global de paix, qui traite de toutes les causes profondes de la crise.

«A cet égard, la délégation a recommandé au Médiateur de la CEDEAO, la mise en place d’un cadre de dialogue comprenant la délégation du Gouvernement de transition du Mali, les représentants des mouvements armés maliens, l’Algérie, ainsi que d’autres partenaires de la communauté internationale», mentionne la déclaration. En vue de créer un environnement de confiance et de sécurité, les représentants du groupe Ansar eddine se sont engagés à observer un arrêt total des hostilités, à garantir la libre circulation des personnes et des biens ainsi qu’à faciliter l’assistance humanitaire dans les zones sous leur contrôle. Et de lancer un appel à l’ensemble des mouvements armés à un arrêt des hostilités et à prendre les dispositions visant à créer la confiance nécessaire à l’établissement d’un dialogue politique inclusif.

Tout en saluant les engagements d’Ansar Dine, le représentant du médiateur, Djibrill Bassolé souhaite surtout qu’ils soient effectivement mis en œuvre. «Nous souhaitons qu’au-delà de la déclaration d’intention, de manière effective, par les actes et les comportements de tous les jours, le groupe Ansar Dine mette en œuvre les déclarations qui ont été ainsi livrées à la connaissance de l’opinion», a-t-il indiqué. Bassolé a aussi souhaité que l’appel d’Ansar Dine à l’arrêt des hostilités soit entendu dans toutes les régions du nord Mali, que tous les groupes l’observent effectivement et surtout qu’ils s’abstiennent d’actes de provocations inutiles. En outre, la médiation burkinabè souhaite, dans les jours à venir, que le gouvernement de transition du Mali puisse composer sa délégation qui pourra entrer en contact direct avec les mouvements armés maliens dans le but de pouvoir normaliser la situation au nord du pays et de créer les conditions d’un dialogue afin de pouvoir régler les véritables problèmes posés.

Djibrill Bassolé a terminé son intervention par des hommages à Alger qui a été pour quelque chose dans la présente décision d’Ansar Dine. L’Algérie, dit-il, «a encouragé les mouvements armés à aller dans la voie du dialogue et avec lesquels nous avons une concertation dans le sens de mieux conduire ce processus de paix et de dialogue». Mais, il n’y a pas que la médiation qui salue l’action de l’Algérie. Les représentants d’Ansar eddine l’ont aussi fait, à leur manière, en parlant de consultation «avec les autorités compétentes de la République Algérienne Démocratique et Populaire». Comme quoi, la solution à la crise malienne passe aussi par Alger.

Grégoire B. BAZIE

Ph. Bonaventure PARE, Lefaso.net

Déclaration de la délégation du groupe Ansar EDDINE

«La délégation du Groupe Ansar eddine présente à Ouagadougou dans le cadre des pourparlers de paix, et conduite par Alghabass AG INTALLA; Soucieuse de rétablir et de maintenir la paix et la sécurité dans les zones sous leur contrôle et de consolider la paix et la stabilité dans l’ensemble de la sous région;

Désireuse de trouver une solution politique juste et durable à la crise au nord du Mali par la voie du Dialogue;

Réaffirmant son indépendance en tant que groupe autonome et responsable;

Après consultations avec Son Excellence Monsieur Blaise Compaoré, Président du Burkina Faso, Médiateur de la CEDEAO pour la crise au Mali, ainsi qu’avec les autorités compétentes de la République Algérienne Démocratique et Populaire;

Réaffirme la disponibilité du Groupe Ansar eddine à s’engager immédiatement dans le processus de dialogue politique avec les autorités de transition du Mali, en vue d’aboutir à un arrêt complet des hostilités, au respect des droits et des libertés fondamentales, au retour des personnes déplacées et refugiées et à la création d’un environnement propice à l’adoption et la mise en œuvre d’un accord global de paix, qui traite de toutes les causes profondes de la crise.

A cet égard, la délégation a recommandé au Médiateur de la CEDEAO, la mise en place d’un cadre de dialogue comprenant la délégation du Gouvernement de transition du Mali, les représentants des mouvements armés maliens, l’Algérie, ainsi que d’autres partenaires de la communauté internationale.

Par conséquent soucieux de promouvoir le dialogue direct, le Groupe Ansar eddine renouvelle au médiateur sa disponibilité à engager un dialogue franc et constructif avec toute structure nationale représentant les autorités de transition au Mali.

En vue de créer un environnement de confiance et de sécurité, la délégation du Groupe Ansar eddine s’engage à observer un arrêt total des hostilités, à garantir la libre circulation des personnes et des biens ainsi qu’à faciliter l’assistance humanitaire dans les zones sous son contrôle. En outre, le Groupe Ansar eddine lance un appel à l’ensemble des mouvements armés à un arrêt des hostilités et à prendre les dispositions visant à créer la confiance nécessaire à l’établissement d’un dialogue politique inclusif. 

A cet effet Ansar eddine poursuivra les concertations nécessaires avec les autres mouvements armés du nord du Mali ainsi que les populations vivant au nord du Mali.

La délégation de Ansar eddine invite l’Union Africaine, l’ONU, les pays du champ et les partenaires du Mali à apporter leur plein appui à la médiation de la CEDEAO dans ses efforts pour trouver une solution politique juste, équitable et durable à la crise au Mali par la voie du dialogue et de la négociation.

Au terme de son séjour, la délégation de Ansar eddine a exprimé sa profonde gratitude et sa haute reconnaissance à Son Excellence Monsieur Blaise COMPAORE, Président du Burkina Faso et Médiateur de la CEDEAO, ainsi qu’aux autorités algériennes, pour leur disponibilité, leur hospitalité et pour leurs efforts inlassables visant à ramener une paix durable au Mali et ont réitéré leurs encouragements au Médiateur de la CEDEAO et à l’Algérie pour la poursuite de leurs efforts. Fait à Ouagadougou le 6 novembre 2012

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.