Lundi, Décembre 17, 2018

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
AddThis Social Bookmark Button

La localité d’Aképé est de nouveau le théâtre d’affrontements entre jeunes autochtones et forces de l’ordre parmi lesquelles des militaires. Comme la dernière fois il y a quelques semaines, c’est une affaire de traque des trafiquants du carburant dit frelaté qui en est à l’origine.

Selon les témoins, les affrontements auraient été très violents et certains agents auraient même été aperçus curieusement avec des machettes.

 

Il y a quelques semaines, c’est à la frontière du Bénin que, poursuivant les jeunes qui seraient en possession du carburant, des forces de l’ordre togolaises ont tiré vers le territoire béninois. La réaction de leurs homologues a été immédiate.

La même situation du côté ghanéen avait provoqué de vives tensions entre des militaires togolais et ghanéens, quelques mois plus tôt.

Entre-temps, on a aussi appris que des agents auraient poursuivi jusque dans la mer un jeune qui vendait de l’essence au bord du boulevard du Mono, à Lomé.

A chaque intervention de la force spéciale composée de gendarmes, de policiers, de douaniers et peut-être de militaires, qui traque les jeunes, les dégâts sont énormes et on enregistre souvent des pertes en vies humaines. Ce qui pour l’instant ne dit rien au gouvernement qui se mue dans un mutisme face à ce drame qui se joue sous sesyeux.

Si tant est que l’activité est illégale, cela expose-t-il pour autant ceux qui la pratiquent à la peine de mort ? Et, s’il faut être rigoureux, il n’y a pas que la vente du boudè qui, malgré l’interdiction, continue de progresser. Il y a aussi, par exemple, l’affaire des sachets plastiques non dégradables qui continuent d’être produits et distribués sur le territoire. Et bien d’autres activités. Seulement, dans ces autres cas, on ne sent pas la même rage meurtrière.

Maxime DOMEGNI, L’Alternative

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.