Jeudi, Février 22, 2018

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
AddThis Social Bookmark Button

Depuis ce lundi matin, les travailleurs togolais se croisent les bras. Le secteur de la Fonction publique et parapublique  connaîtra des jours très mouvementés. En cause, la non satisfaction par le gouvernement des doléances formulées par les travailleurs relatives à l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

Malgré le coup de force opéré par les secrétaires généraux des centrales syndicales pour décapiter la dynamique, les travailleurs ne se sont pas laissé distraire. Regroupés en un front unique, la Synergie des Travailleurs du Togo (STT), ils se mobilisent fortement pour poursuivre la lutte.  D’ailleurs, on annonce à compter du lundi 04 mars prochain une grève d’avertissement de 72 heures pour faire entendre raison au gouvernement qui, pour le moment, semble minimiser la nouvelle dynamique. Et si rien n’est toujours fait, le mouvement serait reconduit dans les jours qui suivront.

Sabotage, naissance de la STT… Retour sur les faits

Tout part de la lenteur de l’adoption du statut général de la fonction publique. Depuis le 08 janvier 2013, les secrétaires généraux des centrales syndicales, à savoir la Cgct, la Cntt, le Gsa, l’Ugsl et l’Unsit, après l’avis des travailleurs des syndicats  de base, ont décidé d’un préavis de grève de 48 heures à compter du lundi 21 janvier dernier dans les secteurs public, parapublic et privé. Prévu pour être adopté au plus tard le 31 décembre 2012, le nouveau statut de la fonction publique n’a été votéque dans la nuit du dimanche 20 janvier, soit la veille.

A l’occasion d’une Assemblée générale tenue le lundi 21 janvier, les secrétaires généraux des centrales syndicales ont cru réaliser leur coup et jouer le jeu du gouvernement en levant unilatéralement le mot d’ordre de grève «au moyen d’une déclaration rédigée à l’avance». La base dénonça ce passage en force et créa dans la foulée, la Synergie des Travailleurs du Togo (Stt) regroupant les syndicats, les fédérations des travailleurs de la fonction publique, parapublique et du privé. Entre les centrales et leur base, la confiance est momentanément rompue.

Selon la STT, certes l’adoption de ce texte reste un acquis, mais des questions majeures persistent. Il s’agit de l’immobilisme de la valeur indiciaire, l’absence de la grille salariale comme document annexe au statut, la non harmonisation de l’âge de départ à la retraite, le nom consensus général sur certains articles avant leur adoption, le flou sur les avancements, l’indemnité de départ à la retraite et l’absence d’un chronogramme clair en ce qui concerne les décrets d’application. A plusieurs reprises, la nouvelle dynamique incarnée par la STT a relancé le gouvernement pour l’ouverture d’un dialogue social sur l’application immédiate de sa plateforme revendicative formulée en huit (8) points. Elle concerne notamment le doublement de la valeur indiciaire, l’adoption de la grille salariale redressée sur le Smig avec ajout de 10 points à l’indice d’avancement des agents publics de la catégorise B, la réinstauration du payement de l’indemnité de départ à la retraite à 12 mensualités sur le budget général et l’apurement des arriérés, le relèvement de l’allocation familiale à 10 000 F CFA par enfant, le payement d’une indemnité mensuelle de transport de 30 000 F CFA à tous les agents publics parapublics et privés, le payement des arriérés des allocations familiales aux agents permanents, l’harmonisation de l’âge de retraite, enfin l’amendement de certains articles dont la formulation prête à confusion ( articles 221, 244, 246, et 252).

Mais dans les rangs des mécontents, l’heure est au regret. Malgré les moult démarches entreprises par la Synergie prouvant son ouverture au dialogue, le gouvernement fait la sourde oreille et refuse de donner une suite. Il y a de cela plusieurs semaines que la Stt a envoyé au gouvernement un préavis de grève d’avertissement de 72 heures. Mais comme d’habitude, le gouvernement n’a toujours pas réagi. La Synergie des travailleurs du Togo décide de passer à la vitesse supérieure. Une grève est annoncée à compter de lundi. Et cette fois- ci, visiblement, plus rien n’arrêtera la dynamique de se poursuivre. Mais le gouvernement va-t-il encore jouer son jeu de la  dernière minute? Si oui, quelle sera l’attitude de la Stt? Réponse cet après-midi au cours d’une Assemblée générale convoquée d’urgence au Centre communautaire de Tokoin pour étudier les contours de cette grève.

Pierre-Claver K.

SYNERGIE DES TRAVAILLEURS DU TOGO (STT)

COMMUNIQUE

LA SYNERGIE DES TRAVAILLEURS DU TOGO (S.T.T) invite tous les travailleurs à une importante Assemblée générale ce vendredi 1er mars 2013 à partir de 15 heures au Centre communautaire de Tokoin sur le thème: LES TRAVAILLEURS DU TOGO MOBILISES POUR UNE GREVE D’AVERTISSEMENT DU 04 AU 06 MARS 2013 POUR DEMANDER UNE REVALORISATION DE LEUR SALAIRE.

Cet important évènement nécessite la mobilisation de tous les travailleurs de notre pays afin d’obtenir de meilleures conditions de travail et de vie.

Le coordonnateur adjoint de la S.T.T

WALLA Atchi

Commentaires  

 
0 #1 Komi 04-03-2013 12:28
Moi j'ai apprécié le logo de votre organisation. Soyez ferme et fort comme ce coup de point qui n'est pas formé pour agresser, loin de là car je connais l'esprit pacifiste du Togolais, mais pour revendiquer ses droits.On est ensemble
Citer
 

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.