Lundi, Février 19, 2018

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
AddThis Social Bookmark Button

Dans les jours à venir, une association va naître et sera dénommée«La voix des sinistrés».  Cette association regroupera les femmes des marchés du Togo. Lors d’une rencontre avec ces femmes il ressort qu’elles ont la colère et appellent «Au secours la presse sincère». Elles réclament de Gilbert Bawara en tant que ministre et membre du Conseil d’Administration de l’EPAM à trouver des solutions rapides et idoines à leurs problèmes.

Dans leur désespoir, elles demandent à Bawara le fameux défenseur et protecteur des commerçants de Dékon, ce qu’il attend pour prendre la défense des commerçantes et commerçants des marchés de Kara et de Lomé et affirment se rendre bientôt à Dékon avec toutes les femmes des marchés du Togo pour manifester leurs désapprobations.

 

Pêle-mêle, voici les interpellations que ces femmes ont fait ce jour à l’endroit de plusieurs responsables politiques:

Madame Angèle Aguigah

«Maman  CENI !!! CENI oui ! Election d’accord !

Allez défendre vos sœurs des marchés auprès de Faure Gnassingbé et son groupe. Qu’ils nous trouvent les auteurs du crime des marchés, et qu’ils nous dédommagent correctement d’abord. Et ensemble nous allons évoluer vers les élections. Sans cela il n’y aura pas d’élections au Togo. Monsieur Faure Gnassingbé sache bien que les auteurs de ce crime sont des gens de votre entourage. Il faut avoir une fois le courage de les dénoncer si vous voulez la paix dans notre pays.

Nos enfants sont renvoyés de l’école, la CEET et la régie des eaux nous coupent, les banques réclament  leur argent qu’on a prêté pour nos commerces».

Madame la ministre de la promotion féminine

«Vous parlez de parité, parité ! Oui toujours parité. Pourquoi bouchez-vous vos oreilles aux cris des femmes des marchés? Ce n’est pas les larmes aux yeux qu’on ira faire la parité à l’Assemblée Nationale. Vos sœurs des marchés du Togo ne font-elles pas partie des femmes paritaires ? Trouvez-nous les criminels et incendiaires des marchés et qu’ils nous dédommagent. Sinon! Sinon! Sinon! Hummm…»

Propos recueillis par B. LAWSON

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.