Mardi, Mai 22, 2018

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
AddThis Social Bookmark Button

La STT lance les jeudi 30 et vendredi 31 mais prochain une grève générale

Une Assemblée Générale (AG) des travailleurs membres de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT), a tenu ses travaux hier après-midi du mardi 28 mai 2013 au Centre communautaire de Tokoin pour plancher sur les conditions de vie et de travail des travailleurs togolais.

Au cours de ladite AG, les responsables de la coordination, dirigée par Nadou Alakounlé LAWSON, ont informé la base des démarches entreprises auprès des dirigeants togolais pour ce qui concerne l’amorce des discussions sur la plateforme revendicative qui comporte huit points à débattre avec les autorités togolaises.

 

Les responsables de la coordination ont ainsi informé la base du désintéressement qu’ils ont noté de la part du gouvernement, en l’occurrence des ministres qui ont en charge la gestion du dossier des travailleurs. Selon les responsables de la STT, ces ministres pour la plupart étaient en voyage de villégiature avec le chef de l’État, Faure GNASSINGBE pendant deux semaines laissant les travailleurs togolais sur leur triste sort. Ce qui n’a pas permis concrètement l’amorce des discussions autour des huit points de la plateforme revendicative comme cela a été décidé par les deux parties en présence.

Très remontés par ce comportement qui, à la limite frise la diversion, les travailleurs présents à l’AG ont exprimé leur mécontentement et souhaité par la même occasion entamé une grève générale dès demain mercredi 29 mai 2013. Cependant, la dernière décision revenant à l’AG, celle-ci a décidé à l’unanimité pour protester contre ce désintéressement des autorités togolaises,  l’amorce d’une grève générale sur toute l’étendue du territoire national, les jeudi 30 et vendredi 31 mai 2013, si jusque-là, le gouvernement togolais n’entrait pas en discussion sur ces huit points de la plateforme revendicative.

Koffi Koba A

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.