Mardi, Octobre 23, 2018

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
AddThis Social Bookmark Button

Lancée par les responsables de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) à la dernière Assemblée Générale qui a réuni le vendredi 24 mai dernier, des travailleurs venus de tous les secteurs, la première journée de la grève générale a été largement suivie sur toute l’étendue du territoire national. Deux secteurs vitaux de la vie togolaise, à savoir le secteur éducatif et la santé ont été essentiellement paralysés par ladite grève générale.

Personnel de la santé absent dans presque tous les centres de santé publics du pays, morgues fermées, enseignants absents dans les établissements scolaires entrainant la promenade des écoliers et élèves dans les rues tant dans la capitale que les grandes villes du Togo, telles est l’image du Togo à la première journée de la grève générale lancée par la STT. Les raisons de cette grève selon les responsables de la STT reposent essentiellement sur le dilatoire du gouvernement togolais qui choisi le faux fuyant pour tourner en bourrique les responsables de la STT. Après les travaux en commission qui ont permis de déblayer le terrain qui ont constitué à prendre en compte les huit (8) points de la plateforme revendicative, les discussions proprement dites buttent.

Selon les mêmes responsables de la STT, ils ont été floués le gouvernement togolais dont les ministres concernés du dossier n’ont pas hésité, malgré la tension sociale à abandonner les discussions pour des voyages de villégiature avec le chef d’Etat. «La STT est tournée en bourrique par le pouvoir en place», dira un des responsables de la STT. «Nous sommes prêts de subir de cette grève quelque soit ce que ça doit nous coûter», lança un agent gréviste de la santé du CHU de Lomé Tokoin. Pour le porte-parole de la STT, Gilbert TCHOLENYANOU, observer un mot d’ordre de grève, ce n’est pas de gaieté de cœur. Il n’a pas manqué de lancer un appel au chef de l’Etat pour qu’il prenne la mesure des choses.

Il est à souligner que la première journée de la grève de quarante heures (48H) lancée par les responsables de la STT a été largement suivie et connu un succès sur toute l’étendue du territoire.

Koffi Koba A.

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.