Mercredi, Août 15, 2018

AddThis Social Bookmark Button

Le Collectif de Résistance de la Diaspora (CRD)-TOGO se préoccupe vivement de la situation de tension permanente, des multiples violations des droits humains, des détentions arbitraires et du grave déficit d’éthique républicaine qui prévalent au Togo au moment où sont annoncées pour le 21 juillet 2013 les élections législatives.

Dans ce contexte d’horizon assombri et d’incertitudes, le CRD-TOGO ne peut manquer de rappeler à l’opinion nationale et internationale les funestes antécédents post-électoraux de 2005 confirmés par le rapport de la mission d’établissement des faits de l’ONU, chargée de faire la lumière sur les violences et les allégations de violations des droits de l’Homme survenues au Togo avant, pendant et après l’élection présidentielle du 24 avril 2005.

 

Le CRD-TOGO constate avec regret que la médiation entreprise par Monseigneur Barrigah, Président de la Commission Justice Vérité Réconciliation (CJVR) pour apaiser les tensions politiques, dégager un consensus minimal devant présider à l’organisation des législatives, et permettre la libération des membres de l’opposition illégalement et arbitrairement détenus, n’a débouché que sur la libération sélective de quelques détenus. Une preuve de plus que les tenants de la dictature militaro-clanique sont indignes de confiance et constituent une véritable menace à la paix sociale et à la stabilité politique du Togo!

Face à la situation de déni permanent, de rouerie, de fuite en avant de la dictature militaro-clanique, le CRD-TOGO souhaite attirer l’attention de toutes les filles et de tous les fils du Togo tout entier, des électeurs, de la Communauté Internationale, des Organisations internationales de défense des droits de l’homme, que le Togo est loin d’être prêt pour aller au terme du processus électoral conduit unilatéralement par l’exécutif togolais en violation totale de l’article 2 du protocole a/sp1/12/01 de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance.

Afin d’éviter la répétition des massacres post-électoraux de 2005, le CRD-TOGO exige du pouvoir en place comme souligné dans son mémorandum du 21 juin 2013:

- le report de la date des élections législatives ;

- le réaménagement subséquent d’une fenêtre de dépôt de candidature afin de permettre une participation de tous au scrutin ;

- la libération sans conditions de tous les détenus politiques notamment ceux incarcérés arbitrairement dans le cadre des incendies des grands marchés de Lomé et de Kara ;

- l’ouverture d’un dialogue inter-togolais censé régler les différends portant sur le processus électoral (réorganisation et recomposition de la CENI et des CELI, audit du fichier électoral, découpage électoral) et mettre en place un gouvernement de mission devant exécuter les réformes indispensables avant la tenue des législatives à organiser par ses soins ;

- le recensement de la diaspora, sa reconnaissance actée dans la Constitution comme 6e région du Togo avec droit de vote.

Le CRD-TOGO salue le combat que mènent sur le territoire national les forces de l’alternance et du progrès. Cependant il tient à souligner qu’à ce tournant particulier de notre histoire commune, la Résistance s’impose contre tout ce qui est contraire à l’intérêt supérieur de la Nation tout entière et ce d’où qu’il vienne. A ce titre, il ne saurait laisser quelque force politique que ce soit duper davantage le Peuple togolais meurtri et déshumanisé par une participation en rangs dispersés aux prochaines législatives des forces de l’alternance et du progrès (Collectif Sauvons le Togo et Coalition Arc-en-ciel).

Le CRD-TOGO demande par conséquence à ces deux regroupements de l’opposition de dépasser les calculs politiciens stériles pour ne présenter qu’une liste commune afin de faire front, comme dans un passé récent, contre la pieuvre maléfique au pouvoir, et qui n’a de cesse de violenter et plonger le Peuple togolais dans la misère et la désespérance.

Vu l'urgence et la gravité de la situation explosive qui prévaut actuellement au Togo et les risques considérables de dérapages postélectoraux, le CRD-TOGO prend à témoin les organisations Sous-régionales notamment la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest  (CEDEAO) ainsi que toutes les organisations à l’échelle continentale et mondiale, et les engage à user de toutes leurs prérogatives afin d’éviter que le Togo ne sombre définitivement dans une crise humanitaire sans précédent sur de fond de violences aux conséquences imprévisibles pour toute la Sous-région ouest africaine.

TOGOLAIS DE TOUS HORIZONS, TRANSCENDONS NOS EGO POUR FAIRE TRIOMPHER LA RESISTANCE CITOYENNE SUR LA TERRE DE NOS AIEUX!

Dr  Edem Atsou KWASI

Coordinateur Provisoire

Collectif de Résistance de la Diaspora CRD-TOGO

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.