Dimanche, Mai 27, 2018

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
AddThis Social Bookmark Button

Il est connu de tous que la plupart des gros porteurs qui sèment la désolation au sein des populations sont, des engins appartenant à certaines autorités togolaises ou leurs proches ou encore leurs maîtresses, c'est-à-dire des gens très proches du pouvoir togolais comme celui qui a semé la désolation mercredi 03 juillet 2013 à Bè gare, où un camion gros porteur, a encore ôté la vie à un jeune homme.

Mais avant le drame, le camion a blessé un vieux vendeur de journaux et un autre jeune horloger et saccageant tout ce qui se trouve sur son passage.

 

Germain qui, quelques minutes avant son décès, était assis sur sa moto en train de recevoir un appel Puis, à peine fini son appel,  il a été écrasé, comme l’indique la photo par ce vieux camion remorque apparemment, hors d’état d’usage. On serait dans un pays où les autorités sont soucieuses de la sécurité des citoyens, que ces genres de camion ne seront plus en circulation pour semer la désolation au sein des populations.

Mais, la réalité étant toute autre, ces engins semeurs de mort roulent sans que leurs conducteurs ne soient inquiétés parce qu’ils comptent sur leurs patrons puisque ces camions remorques appartiennent à ces mêmes autorités, ces gros bonnets ou leurs proches ou leurs maîtresses. Et ce qui fâche dans tout ça, est que ces engins ne sont pas assurés et ne sont même pas en règle s’il faut parler de visite technique. Sinon ce véhicule ne sera pas en circulation. C’est sûr que ce véhicule se prête plus aux visites techniques.

Désolant tout ça. Que les autorités prennent leurs responsabilités pour éviter ces morts gratuites auxquelles s’ajoutent celles policières et politiques qu’entretiennent les autorités politiques togolaises. A travers ces images jugez-en vous-mêmes chers compatriotes.

Que l’âme de ce citoyen repose en paix. Paix à ton âme, cher compatriote.

Idelphonse Akpaki

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.