Samedi, Octobre 20, 2018

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
AddThis Social Bookmark Button

La question mérite d’être posée si l’on suit le parcourt politique et les prises de position rocambolesque  de l’homme de Saint-Coulitz qui évolue de contradictions en contractions. Tantôt ami sincère du régime dictatorial d’Eyadema, tantôt opposant farouche au fils d’Eyadema ou tantôt   3e laron qui renvoie dos à dos  pouvoir et opposition au Togo.On se demande si   Kofi Yamgnane est cohérent et conséquent avec lui-même.

En 2010, Kofi Yamgnane fuit la résistance qui s’organise au Togo contre le hold-up des  élections présidentielles par Faure Gnassingbé et se planque en France alors qu’il a annoncé  à cor et cri qu’ il réussira à être le meilleur ” buteur” là où Gilchrist et compagnie ont lamentablement échoué;  par ce qu’il a l’appui de la France et surtout des officiers bassars. Le ”petit’ Bodjona a refusé sa candidature et personne n’a levé le petit doigt. Ni la  France, ni aucun officier bassar n’a bronché. On a vu que du vent ….

 

Son soutien   à  la candidature présidentielle  de Jean Pierre Fabre du FRAC, dont il fut un des membres fondateurs n’était que  du bout des lèvres… donc  du vent!

En octobre  2012, après avoir abandonné ses  ”amis”  résistants du FRAC sur le terrain, face au dispositif  répressif de Faure Gnassingbé qui a littéralement volé les élections présidentielles de 2010, ”le crocodile de Bapuré ” revient au Togo et sans aucun scrupule, déclare lors d’une conférence de presse:

«On ne peut pas continuer à marcher indéfiniment pour le même objectif”… » Je me bats pour que les élections soient aussi transparentes et que le mode de scrutin soit connu de tout le monde. Et cela ne se décide pas dans la rue, mais plutôt à l’Assemblée nationale”,…. “Nous avons une opposition à l’Assemblée nationale. Est-ce qu’elle a fait une seule proposition de loi soit sur le mode de scrutin, soit sur la limitation de mandat? Ce n’est pas dans la rue, que ces choses se décident. Ce sont les syndicats qui défilent dans la rue”.

Un désaveu complet de la stratégie du FRAC qui revendique pacifiquement dans la rue sa  victoire aux  élections présidentielles et dont les députés ANC avaient été  chassés du parlement auquel Kofi Yamgnane  fait si brillamment  mention.

Depuis la France, où il est reparti comme il est venu, notre fameux politicien méchant et roublard comme une bête embusquée prêtre à sauter sur sa proie, attaque au micro de RFI  l’accord conclu mardi entre le gouvernement et  l’opposition concernant l’organisation des législatives du 25 juillet. Il indique que l’opposition devrait  boycotter les élections législatives!…. Et donc se retrouver en dehors du parlement  où les reformes se font, c’est à dire dans la rue qu’il avait condamnée avec véhémence en octobre 2012.  «Je ne crois pas que ce soit un bon choix. Aucune des revendications que ce Collectif défend depuis maintenant plus d’un an n’a été satisfaite. En plus, beaucoup de responsables du Collectif sont toujours en prison en dehors de ceux qu’on veut libérer. Ça, c’est la méthode du parti au pouvoir. Il lance des leurres et l’opposition s’arrête aux leurres et laisse tomber le vrai chemin. Faure comme son père veut rester au pouvoir quoi qu’il arrive ….» a  t-il martelé.

Notons que le président de Sursaut-Togo avait vu sa candidature rejetée lors  des  présidentielles de 2010, en raison de deux dates de naissance  produites sur ses papiers. L’homme souffrirait t-il d’incohérence  politique  ou de duplicité congénitale?  On pourrait logiquement se demander si François Mitterrand  s’est-il trompé sur l’homme ou si c’est Kofi qui a roulé l’ancien président français…

Gnagou Matolaba Djalima www.mtn-togo.org

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.