Dimanche, Avril 22, 2018

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
AddThis Social Bookmark Button

Un peu plus de dix (10) jours  après les élections législatives sanctionnées par la «victoire» du parti au pouvoir UNIR, le Franco-Togolais, Kofi Yamgnane monte au créneau pour dénoncer, à l’instar des autres formations politiques de l’opposition togolaise, un scrutin «gagné à l’avance».

«Ce que vous appelez «raz-de-marée» n'est rien d'autre que le résultat de la fraude et du vol pur et simple commis contre la volonté du peuple togolais»,  a lancé le président de Sursaut Togo dans une interview exclusive accordée à l’Agence Afreepress.

 

Dans cette sortie médiatique l’homme n’épargne pas non plus ses alliés de l’opposition qui, à son avis ont «failli» dans leurs stratégies en faisant parfois le jeu du pouvoir. «Une fois de plus, l'opposition a failli», décoche-t-il et de dénoncer la posture de la Coalition Arc-en-ciel au cours de ces élections. A Dankpen, rapporte Kofi Yamgnane, «le pouvoir a instrumentalisé un Arc-en-Ciel consentant pour tenter de dénigrer la liste «SURSAUT NATIONAL » en l'accusant  de «régionalisme», dénonce l’homme. Lire l’intégralité de l’entretien

Afreepress: Bonjour M. Kofi Yamgnane, diriez-vous avoir eu raison quand vous demandiez à l’opposition de se méfier du pouvoir de Lomé en exigeant plus de garanties avant de prendre part aux élections législatives du 25 juillet?

Kofi Yamgnane: Si j'avais été juste un politicien, je vous aurais répondu : « OUI », avec fierté. Mais ce n'est pas vraiment le cas: je fais de la politique dans l'intérêt général et donc je ne peux pas me réjouir d'avoir eu raison dans le cas d'espèce!

J'aurais tant préféré avoir eu tort!

C'est tellement flagrant que ce pouvoir, qui veut rester en place quoi qu'il arrive, est passé maître dans l'art de l'esquive, du leurre et de la tromperie, qu'il fallait être aveugle et sourd pour croire un seul instant à ses boniments...Une fois de plus, l'opposition a failli !Je continuerai donc à lui dire ma vérité.

Je continuerai de la même façon à dire son fait au pouvoir.

Le moment venu, je prendrai le peuple togolais à témoin et c'est lui, au bout du bout, qui tranchera.

Comment vous sentez-vous aujourd’hui après le «raz de marée» du parti au pouvoir UNIR à ces élections qui ouvrent la voie à la présidentielle de 2015?

Ce que vous appelez «raz-de-marée» n'est rien d'autre que le résultat de la fraude et du vol pur et simple commis contre la volonté du peuple togolais. Un exemple : à Bassar, le parti UNIR n'a pas pu faire élire 2 députés, c'est tout simplement impossible puisqu'il était très largement minoritaire en voix tant à Bassar-ville que dans tous les bureaux de vote périphériques de tous les quartiers, ainsi qu'à Kabou, Bangéli, Bitchabé et Dimori.

Un autre exemple: à Dankpen, le pouvoir a instrumentalisé un Arc-en-Ciel consentant pour tenter de dénigrer la liste «SURSAUT NATIONAL» en l'accusant  de «régionalisme». Qui peut croire à un tel boniment venant de ceux qui ont usé et abusé, pendant 50 ans, du népotisme, du tribalisme et du régionalisme tant dans l'institution militaire que dans la Fonction publique?

C'est pitoyable de la part de Arc-en-Ciel de s'être laissé ainsi abuser pour obtenir un poste de député en récompense de ses bons et loyaux services, comme s'il était imaginable que ce groupement passe devant la liste populaire et démocratique de Sursaut National à Dankpen!

Votre association «Sursaut Togo» (nous ignorons si elle est déjà transformée en parti politique) n’a pas pris part à ces élections. Est-ce un choix délibéré ou calculé?

Non, ce n'est pas un choix ni délibéré, ni calculé, c'est uniquement par discipline politique ! En effet, il était entendu avec l'ensemble de l'opposition qu'on ne devait plus nous laisser distraire par les fumigènes du RPT et que nous devions rester fermes sur les points essentiels à négocier avant tout scrutin et que tous les Togolais connaissent:

.  la question de la sécurité des citoyens: pour quelle cause exacte Étienne Yakanou a-t-il été arrêté et torturé à mort en prison?

.  la question de la violence politique, de l'arbitraire et de l'impunité : pour quelle cause 2 jeunes lycéens sont-ils morts récemment à Dapaong?

.  la question du rôle de l'armée

. la question de la démocratie (libertés collectives et individuelles, limitation du nombre de mandats présidentiels, scrutins à 2 tours, reconnaissance de la citoyenneté de la diaspora (première Région du Togo!), justice républicaine...)

Un fait de taille est à souligner au cours de ces élections : dans la circonscription électorale de Dankpen, une liste indépendante a utilisé un nom similaire au vôtre « Sursaut national » en usant même de vos images pour convaincre les électeurs et ça a marché. Étiez-vous au courant et quelle a été votre réaction?

En réalité, ce n'est pas seulement à Dankpen, mais dans la circonscription de Bassar aussi, et bien sûr j'étais au courant. En effet, des jeunes gens de ces deux circonscriptions, épuisés par les brimades inexplicables du pouvoir en leur endroit, constatant l'appauvrissement grandissant des habitants, fatigués des injustices infligées aux populations par les préfets, représentants locaux de l'État, face à l'impunité et au fait du prince... ont décidé de «briser le mur» de la prison construite autour du pays bassar où n'existe aucun droit ni aucune liberté pour personne.

Utilisant mes idées de justice, de liberté, de respect mutuel ; acquis à l'idée même de démocratie, avec comme slogan «ça doit changer» et comme symbole ma seule image, ils ont fait trembler le RPT/UNIR et sans la fraude massive constatée, nous aurions dans cette «Assemblée» 3 députés à

Bassar et 3 députés à Dankpen. Aujourd’hui, une seule députée nous a été accordée mais cela constitue un grave avertissement pour Faure et ses acolytes : déjà de toutes les préfectures du Togo affluent des marques d'encouragements et d'adhésion à nos idées.

Le mur est tombé en pays Bassar et désormais, plus rien ne sera comme avant, non seulement à Bassar, mais dans tout le pays : la digue RPT/UNIR est en train de se fissurer de toutes parts et les impétueuses eaux de 2015 finiront de l'engloutir.

Après la victoire d’UNIR à ces élections croyez-vous encore à une possibilité d’alternance en 2015 puisque les populations à plus de 60 % semblent approuver la politique menée par Faure Gnassingbé?

Si ce n'était pas dramatique pour le peuple togolais, «la victoire d'UNIR», comme vous dites, prêterait à sourire! Comment pouvez-vous croire une seule minute que ce peuple qui s'est férocement mobilisé contre ce régime depuis des années ; ce peuple qui a manifesté par ses marches, ses veillées de prière, ses grèves jusqu'au sacrifice suprême de deux lycéens à:

Dapaong et la mort en prison d'un responsable politique en début d'année ; ce peuple qui a vu partir en fumée ses activités économiques dans les incendies criminels des marchés de Kara et de Lomé...comment pouvez-vous  croire une seule minute que ce même peuple aurait pu «approuver la politique menée par Faure Gnassingbé»?

Tripatouillages, fraudes, menaces, achats de conscience: voilà ce qui explique les chiffres annoncés... et le RPT/UNIR le sait très bien. Faure Gnassingbé lui-même sait qu'il n'a pas gagné ces élections!

L’opposition dans son ensemble n’a-t-elle pas une grande part de responsabilité dans cette défaite?

Forcément l'opposition a une très lourde responsabilité dans cet incroyable et dramatique méli-mélo et c'est cela qui justifie le désespoir momentané du peuple togolais.

J'ai la responsabilité de lui promettre un avenir qui peut être radieux.

Kofi Yamgnane candidat aux prochaines élections présidentielles. Est-ce possible ou probable?

C'est manifestement une question superflue puisque, de ce qui précède, vos lecteurs ont parfaitement compris mon message. En 2015, il faudra compter avec moi et c'est pourquoi je demande au peuple togolais de se mobiliser d'ores et déjà.

Propos recueillis par Olivier Adja © Afreepress (Lomé, le 6 août 2013)

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.