Vendredi, Février 23, 2018

AddThis Social Bookmark Button

Le mercredi 18 septembre 2013 le Premier Ministre Ahoomey-Zunu a présenté à l’Assemblée nationale, le programme du nouveau gouvernement RPT-Unir/UFC.

On perçoit dans l’énoncé de ce programme, la tentative du Premier Ministre de soutenir chaque action annoncée par des exemples de réussite de son exercice précédent, ce qui constitue un tissu de contre vérités qui prouvent à suffisance que le nouveau programme n’est encore une fois  que le catalogue d’intentions auquel ce régime a habitué les Togolais.

Sinon, comment comprendre, alors que nos hôpitaux, dégradés, insalubres dont les sanitaires sont  dans un état dégoûtant continuent à présenter l’image d’antichambre de la mort avec un personnel déjà insuffisant et souvent en grève parce que mal payé et insatisfait de leurs conditions de travail, que le Premier Ministre pousse le cynisme à dire que ‘’des progrès essentiels ont été réalisés dans le domaine de la sante’’?

Dans le secteur éducatif, la démission du pouvoir est aussi flagrante qu’elle crève les yeux, l’enseignement étant, même dans les localités rurales, laissé à la charge des communautés ou aux mains d’établissements privés onéreux dont la plupart ne répondent pas aux normes.

La baisse catastrophique du niveau dans l’enseignement et les grognes dans ce secteur sont  l’illustration d’un mal que le pouvoir essaie de guérir à coup de gourdins, de gaz lacrymogènes et de Kalachnikov.

L’injustice est criarde

Dans notre pays ou le chômage demeure endémique,  et les rares initiatives non pérennes ne sont accessibles qu’à condition d’adhérer au RPT-Unir, tous les postes de l’administration, des sociétés d’état, des collectivités locales, même du Bureau de l’Assemblée nationale sont aux mains des militants du RPT-Unir. Comme si cela ne suffisait pas, le pouvoir procède aux mutations punitives des adversaires politiques comme c’est le cas actuellement pour plusieurs candidats et responsables de campagne de l’opposition.

A défaut de pouvoir créer des emplois, le Premier Ministre aurait pu annoncer des mesures concrètes relatives à la grille salariale, à la valeur indiciaire, bref, à l’amélioration du pouvoir d’achat et des conditions de vie des travailleurs togolais! Mais non, là aussi, le Premier ministre laisse les Togolais sur leur soif.

Le Premier Ministre parle du numérique; quelle preuve peut-il donner aux Togolais de la réalisation du sulfureux projet d’administration électronique engagé depuis près de cinq ans?

Et quelles mesures incitatives a-t-on prévues  pour booster l’économie numérique et les énergies renouvelables?

Pour ce qui est des infrastructures, il est tout de même très difficile de croire aux promesses du Premier Ministre lorsque 90%  des  préfectures de notre pays continuent de souffrir de l’absence d’infrastructures dignes de ce nom  malgré les richesses dont la nature a dotées notre pays comparativement à ses voisins du Benin et du Burkina.

Le Premier Ministre aurait du nous donner  une valeur quantifiée des ressources qu’il compte déployer pour doter d’infrastructures rurales, hôtelières, sanitaires et environnementales adéquates nos préfectures, plus particulièrement les localités minières telles Bassar, Blitta, Vo, Yoto et Zio.

Lorsque le Premier Ministre prend du vieux pour faire du neuf, comment compte t-il faire de la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption avec des hommes dont la mentalité est de s’accaparer de la quasi totalité des ressources du pays.

Au demeurant, avec quel instrument institutionnel veut-il réguler la gouvernance lorsqu’il se glose de satisfecit d’une Cour des Comptes dont les Conseillers Maitres sont tous du parti au pouvoir?

Comment compte t-il faire de la bonne gouvernance lorsque tous les Directeurs de Sociétés d’État et même le premier responsable de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics ont été incités  à user de leurs positions et abuser des ressources publiques  pour financer ou conduire eux-mêmes la campagne des listes du parti au pouvoir?

Arc-en-Ciel tient à affirmer qu’avec les habitudes de la maison RPT-Unir, il ne peut y avoir de début de bonne gouvernance au Togo si les organes de contrôle et de régulation ne sont pas recomposés de manière équilibrée entre le pouvoir et l’opposition et si  le pays n’est pas doté d’organes de contrôle d’accès aux emplois publics, parapublics et militaires.

Arc-en ciel espérait que le Premier Ministre allait énoncer dans ce programme des mesures qui prouvent que son gouvernement s’engage résolument sur la voie de la réalisation des vraies reformes portant entre autres sur la HAAC,   la Cour Constitutionnelle et la CENI, pour qu’elles cessent d’être des instruments de fraude ou de répression des libertés.

Pour ce qui est de la justice, dernier rempart de tous les citoyens et de tout investisseur, aucune mesure concrète n’est annoncée dans ce programme pour prouver aux Togolais, que des inculpés ne meurent en prison sans que leur culpabilité ne soit prouvée, des députés ne soient jugés sans que leur immunité ne soit levée ou que des hommes d’affaires ne croupissent en prison, victimes de dégâts collatéraux de règlements de compte au sommet du pouvoir.

Enfin le Premier Ministre a sermonné les Togolais sur les questions de morale et de civisme. Les Togolais attendent plutôt de ce gouvernement des exemples de probité morale dans la manière de gérer le bien public.

Il est tout à fait clair que ce programme  annoncé par le Premier Ministre pour gérer la période qui va de maintenant jusqu'à la Présidentielle du premier trimestre 2015, n’est qu’une pile de fausses promesses.

La conclusion est évidente : le Changement ne viendra pas du RPT-Unir, et l’ancienne équipe gouvernementale reconduite ne fera qu’appauvrir davantage les Togolais et accentuer la misère dans le pays avec les risques d’explosion que cela comporte.

Arc-en-ciel en est conscient et est prêt à relever le défi…

Lomé, le 24 Septembre 2013.

Le Président, Coordinateur général

Me Mouhamed TCHASSONA TRAORE

Copyright ©2005 www.etiame.com tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou intégrale doit faire l'objet d'une demande préalable.